L'ONSS est une institution transparente. Nous ne cessons de jeter des ponts vers un maximum de partenaires. C'est dans cette optique que nous collaborons étroitement avec les autres institutions de sécurité sociale.

Partager les technologies de l'information

Dans le domaine des technologies de l'information, nous collaborons depuis des années de façon privilégiée avec d'autres institutions.

Selon le scénario habituel, nous développons un service de base, comme la gestion des accès et des utilisateurs, que nous mettons ensuite à disposition du réseau de la sécurité sociale. Sous l’impulsion de l’ONSS, un accord de collaboration a été conclu entre le SPF Stratégie et Appui (BOSA), la Banque Carrefour de la Sécurité Sociale (BCSS), le SPF Finances et le SPF Économie. L’objectif est de généraliser l’usage, dans l’administration fédérale, de la gestion des utilisateurs (user management) pour les entreprises. Nous sommes l’opérateur de ce système.

Sous l'impulsion de l'ONSS, un accord de collaboration a été conclu entre Fedict, la BCSS, le SPF Finances et le SPF Economie. L'objectif est de généraliser l'usage, dans l'administration fédérale, de la gestion des utilisateurs (user management) pour les entreprises. Nous sommes l'opérateur de ce système.

Un autre exemple est le service en ligne Dolsis. Il s'agit d'un outil développé en collaboration avec la Banque carrefour de la sécurité sociale. Il fonctionne selon le principe du « self-service » : toute institution publique qui souhaite obtenir des données de l'ONSS peut les consulter en temps réel sans passer par une autre instance publique. Auparavant, les institutions recevaient ces données dans un format brut et devaient elles-mêmes développer une interface pour l'utilisateur. Cette procédure, redoutée par beaucoup de services publics, était complexe, coûteuse et chronophage.

Dolsis s'enrichit systématiquement de données d'autres banques de données publiques plus larges que celles de l'ONSS et de la sécurité sociale.

Partager les services d'appui

Depuis peu, nous cherchons des possibilités de partager les services d'appui. C'est désormais possible grâce au Collège des institutions de sécurité sociale, un organe de conseil et de coordination composé des administrateurs généraux des différentes institutions. C'est le lieu par excellence pour discuter des synergies et des initiatives communes en matière de sécurité sociale.

Nous participons aux groupes de travail qui y sont organisés. Ceux-ci abordent la politique de ressources humaines, le développement de l'organisation, l'audit interne, le développement durable, la logistique et les traductions. L’ONSS est le moteur des groupes de travail audit interne, mesure du travail et mobilité.

Le service de traduction de l’ONSS a continué de jouer un rôle actif dans le cadre de la synergie « services de traduction IPSS ». Il a collaboré de manière critique au développement et à l’utilisation de l’outil de traduction Wordbee. En outre, il a promptement participé aux réunions et aux formations de la Communauté des traducteurs. Le service de traduction a constamment développé son réseau afin d’entretenir les contacts nécessaires et améliorer de manière indirecte son fonctionnement.

Depuis 2016, l’ONSS s’occupe de la gestion du moteur salarial commun. Nous calculons ainsi la rémunération des collaborateurs de toutes les institutions publiques de sécurité sociale (IPSS), à l’exception de la BCSS. Le calcul des rémunérations repose sur des règles établies par le groupe de travail et sont identiques pour chaque IPSS. Depuis 2018, un premier organisme d’intérêt public, à savoir le Conseil National du Travail (CNT), fait appel au service central des salaires. Depuis le 1er janvier 2018, le Conseil National du Travail sollicite les services du service central des salaires. Depuis le 1er janvier 2019, l’Institut de Formation Judiciaire en fait de même.

En 2019, le service central des salaires a accompagné trois institutions dans leur trajet de migration en vue d’une mise en production le 1er janvier 2020. Il s’agit du Conseil central de l’économie, de la Cour constitutionnelle et de Sciensano.

Deux fois par an, le Service central des salaires doit rendre des comptes aux autorités administratives fédérales (SPF BOSA). À présent, le Service central des salaires a harmonisé les activités dans cette déclaration « pdata » et a mis la procédure et les données à la disposition des institutions publiques de sécurité sociale. Les institutions qui le souhaitent peuvent donc consulter les données.

Pour sa gestion du personnel, l'ONSS a développé Actinidia, un outil eHR. Après une analyse comparative en 2017, l'ONSS a proposé de mettre cet outil à la disposition d'autres institutions. Cinq institutions publiques de sécurité sociale (Fedris, la CAAMI, la CAPAC, l’ONVA et l’INASTI) ont déjà fait part de leur intérêt et en 2018 elles ont commencé à transférer leurs données. Après 6 mois d’analyse, de développement et de paramétrage spécifique, les cinq IPSS intéressées ont mis en production l’outil eHR Actinidia/Kiwi. Le reste de l’année, le groupe Actinidia (composé de tous les responsables RH des IPSS concernées) s’est réuni une fois par mois pour affiner le développement de l’application eHR.